BENDERs

Création 2019 I Durée 58:00

Concept et chorégraphie N6C PETTIT ROCHET

Danseurs-euses  Elodie Aubonney, Judith Desse, Young Jun Schin,

Nicolas Ramirez Mayorga

Lumières et scénographie Yann Becker

Costumes Diane Grosset

Conception des instruments/jouets et musique Xavier Gazon

Photos John Hottinger

Captation vidéo Joséphine Pettit

Chargée de la coordination et diffusion des projets Morgane Stephan

Résidences:

ENTRE-PONT, Nice (FR)

TEEM, Quimper (FR)

Studio2 (CH)

Théâtre de l'Octogone (CH)

Coproduction :

Théâtre de l’Octogone (CH)

L’Entre-Pont, Nice (FR)

Cie Utilité Publique (CH)

Soutiens à la création:

Ville de Lausanne, Loterie Romande, Ernst Göhner Stiftung, 

SIS - Schweizerische Interpre-tenstiftung. 

La Cie Utilité Publique est au bénéfice d'une convention de subvention

de l'Etat de Vaud (2018-2020).

BENDERS met au centre du plateau le rapport musique-danse et se réapproprie le circuit-bending, mouvement précurseur de la musique électronique. 

 

Dans un environnement visuel et sonore fragmenté, découpé et fait de ruptures, BENDERs, nous offre un concert chorégraphique, un espace de jeu de corps et de voix où musique et danse vibrent, fusionnent, se font écho. La pièce regorge de sensations visuelles et de perceptions auditives nouvelles. Sur scène, des danseurs font de l’exploration musicale l’invention même d’un live : ils jouent de mélodies innocentes, de timbres et de sonorités pour les transformer en images saisissantes. 

Suspendue, une tour fantasque de jouets en plastique déferlent sur eux. Ils s’en amusent. Pleines de vitalités, les guitares et les synthés appellent à leur utilisation immédiate et déchargent avec elles des ondes sonores nouvelles et spontanées. Ce concert chorégraphique aux allures pétillantes fait des accidents des apprentissages heureux. 

 

BENDERs suggère une expérience poétique et sensible, une expérience très spécifique d’interprétation en danse. Nous sommes tous des êtres séparés, jetés au monde par hasard, tous connectés et déconnectés. Mais reliés. BENDERs tente de tracer des lignes entre ces points, de rendre visible la circulation interpersonnelle, les solidarités, les absences, cherche à renouer avec l’inattendu, l’innocence et la fraîcheur produisant une objet chorégraphique nerveusement optimiste.

BENDERS puts the relationship between music and dance at the centre of the stage and re-appropriates circuit-bending, a precursory movement of electronic music.

In a fragmented, broken and fractured visual and audio environment, BENDERs offers us a choreographic concert, a space of body and voice where music and dance vibrate, merge, and echo each other. The piece is full of new visual sensations and auditory perceptions. On stage, the dancers make musical exploration the invention of a live show: they play innocent melodies, tones and sounds to transform them into arresting images. 

Suspended overhead, a whimsical tower of plastic toys swoops down on them. They amuse with it. Packed of vitality, guitars and synths cry out for immediate use and discharge with new and spontaneous sound waves. This choreographic concert, with its sparkling appearance, makes accidents a joyful apprenticeship.

BENDERs evokes a poetic and sensitive experience, a very precise experience of dance interpretation. We are all separate beings, thrown into the world by chance, all connected and disconnected. But linked. BENDERs tries to draw lines between these points, to make visible the interpersonal circulation, the solidarities, the absences. Tries to reconnect with the unexpected, the innocence and freshness creating a nervously optimistic choreographic object.