JOURNAL D'ELLE  

 

Création 2011 I Durée : 10'

Danse contemporaine

Interprétation  Corinne Rochet
Chorégraphie /Lumière / Costume  N6C PETTIT ROCHET

Musique  Nicholas Pettit

La Cie Utilité Publique nous projette au travers de Journal d’elle, chorégraphiée par Nicholas Pettit et Corinne Rochet, dans un espace intime où le corps se vit comme la résonnance d’un environnement hostile, appréhendable et imperceptible dans son sens. Un espace où les mouvements sont autant de résistance à ne pas s’incliner, où la danse et le geste sont comme une force, un appel.

 

Notes d'intentions:
Comme un journal, Journal d'elle s'est composé sans enjeu au fil du temps à partir de matières qui ne trouvaient pas encore leur place au sein de d'autres créations. Joindre ces matières et leur donner une existence, voir comment elles résonnent ensemble, obser-ver le sens de ce qu'elles nous transmettent.

Sortir de la narration, laisser la place au corps, travailler sur différents niveaux spatial, sensoriel, auditif.



Travailler à partir de modules de mouvements dansés définis. Trouver à chaque module sa qualité, sa parti-cularité. Relier le tout par le procédé de la composition improvisé, relier le tout en temps réel. Connaître le parcours, définir l'espace, les qualités de mouvement, la succession des tableaux et laisser la place à l'exercice de la composition en temps réel. L'écriture s'inscrit et se finalise au fil des répétitions. Le temps et la répétition comme outils au service de l'écriture gestuelle.



Pour ce projet deux qualités le mouvement tranché, sec, les lignes, les directions dans l'espace en opposition au mouvement lâché, fluide, à la dissociation.



Habiller de noir, pantalon et tee-shirt, retirer tout ce qui pourrait influencer le discours du corps.



Entre maîtrise et lâcher prise Journal d'elle nous propose une courte pièce où le corps à la fois tendre, faible, puissant et désorganisé nous plonge dans la réalité d'une femme prise entre résistance et abandon et laisse ainsi à chacun la place de ressentir et faire une lecture personnelle de la pièce. Corinne Rochet 

Through Journal d’elle [Her Diary], choreographed by Nicholas Pettit and Corinne Rochet, the Co. Utilité Publique projects us into an intimate space where the body sees itself as the resonance of a hostile environment, which is both fearful and difficult to understand.



A space where movements indicate a refusal to bend, and where dance and gestures are like a force, or a cry for help. 



Ours intentions
Just like a diary, Journal d'elle was composed continuously over time using materials that had not yet found a place in other shows. It consisted of joining these materials together and giving them existence, seeing how they resonate with each other, and observing the significance of what they have to tell us.



Getting away from the narrative, making way for the body, working on different spatial, sensory and auditory levels.



Working with modules of defined dance movements. Discovering the particular characteristics of each module. Linking the whole by means of improvised composition; linking the whole in real time. Understanding the journey, defining the space, the kinds of movement, the succession of tableaux and leaving room for composition in real time.



The choreography is developed and finalised in the course of the rehearsals. Time and repetition are tools in the service of transcribing movement.



This project highlights two qualities:
clear-cut, neat movements, carving lines and directions in space, contrasted with loose, fluid movements and dissociation.



The dancers dress in black trousers and tee shirts, removing everything that could influence the body's own discourse.



Between controlling and letting go, Journal d'elle is a short piece where the body is at once soft, weak, strong and disorganised as it plunges us into the reality of a woman caught between resistance and abandon, thus giving everyone space to feel the dance and read it in their own individual way. Corinne Rochet