LA BRASSE DES PAPILLONS

- PHOTO HD

- DOSSIER DE DIFFUSION

- DOSSIER DE PRESSE

- FICHE TECHNIQUE

- VIDEO COMPLETE

Création 2020 I Durée 40:00

Concept et chorégraphie N&C PETTIT ROCHET

Danseurs-euses  Corinne Rochet et Nicholas Pettit

Lumières Jérôme Schütz

Costumes Diane Grosset

Photos Jordi Tères

Captation vidéo Nicolas Veuthey

Programmation :

THÉÂTRE SÉVELIN 36 - Hors les murs

Soutiens à la création: 

La Cie Utilité Publique est au bénéfice d'une convention de subvention avec l'Etat d Vaud pour les années 2018-2019-2020 et reçoit pour LA BRASSE DES PAPILLONS, le soutien de la Ville de Lausanne, de la Loterie Romande et du Pour-cent culturel Migros.

« J’ai touché le fond de la piscine, ... » chantait Isabelle Adjani en 1983 dans le « Pull marine » co-écrit avec Serge Gainsbourg, Une chanson culte qui marque une époque, un mode de vie qui a pris son essor dans les années 70 : l’ère de l’individualisation. Zygmunt Bauman, sociologue anglais/polonais, analyse notre monde contemporain et voit le plaisir, la consommation et la liberté individuelle comme étant au cœur de notre société. Il lance la métaphore d’une modernité « liquide » : un temps liquide, une vie liquide, un amour liquide...

Bassin bleu sur fond d’architecture moderniste, la piscine de Montétan sera le théâtre d’un duo liquide où l’absurde flirte joyeusement avec la mélancolie pour étancher notre soif de l’autre, pour consommer en toute liberté l’autre. 

 

"I sank to the bottom of the swimming pool, ..." sang Isabelle Adjani in 1983 from a text of Serge Gainsbourg. A cult song that marks an era and a movement which began in the 1970s, the era of individualisation. Zygmunt Bauman, English and Polish sociologist, analyzes our contemporary world and sees pleasure, consumption and individual freedom as being at the heart of our society. He launches the metaphor of a so-called "liquid" modernity: liquid time, liquid life, liquid love ...

A blue pool against a backdrop of modernist architecture, the Montétan swimming pool will be the stage of a liquid duo where the absurd happily flirts with melancholy to quench our thirst for others, to freely consume the other.